Au printemps, débarrasse-toi de ta laine!

Quand il commence à faire chaud, les bêtes à laine ont bien besoin d’une coupe pour faire tomber leur épaisse toison. Surtout Matha, la rigolote chèvre angora que l’on doit tondre deux fois par an.

Cette année, comme souvent, nous étions accompagnés par les touristes de Pâques. Nos fidèles depuis 19 ans, qui ont accepté gaiement de nous aider à attraper la petite dernière du troupeau, Canaima la brebis. Pas simple dans ce petit talus … mon genou s’en souvient encore ! Mais avec Charles le rugbyman, sa course a été vite stoppée et nous avons pu lui enlever son épais manteau. Matha par contre se laisse attraper facilement. Parce qu’elle était habituée à voir de nombreux touristes dans la Ferme du Chaudron Magique où elle vivait et parce qu’elle est très contente de se faire enlever ses dreadlocks 😉 Au moins pouvons-nous apprécier ensuite ses beaux yeux bleu-vert!

A la tondeuse, Thierry pour ‘Matha la rasta’ et Sylvain, l’ami tondeur, pour Canaima. Le bébé de cette dernière baptisé Margarita n’a pas encore l’honneur de la tonte. C’est une fille et elle est trop jeune – Notre amie Alix nous fait faire un grand tour du Venezuela en baptisant nos animaux cette année – Et donc Margarita n’était pas loin des opérations, très inquiète de voir sa maman aux mains de tant de monde.

Merci Flora et Mika pour ces belles photos.

Mise à l’herbe 2012 en bonne compagnie

En montagne, on appelle ça transhumance, le fait d’emmener les animaux de la ferme sur les hauts pâturages.

A Lauzanac, la transhumance se faisant très simplement de l’étable au pré situé à 100m, nous appelons cela, la mise à l’herbe.

Cette année, nous avions du public, assez jeune. Nous avions invité les enfants de nos amis et nos petites ouvrières que vous connaissez déjà, Skye et Egypt, canadiennes devenues fermières!

Par un heureux hasard, la sortie du troupeau a été retardée par une mise-bas pour le plus grand plaisir de Sandrine et de ses enfants.

Le déroulement de la matinée en photos.


Photo manquée. Il faudra que je trouve le bon réglage pour les photos intérieures … Mais la naissance s’est déroulée en public, alors …

Le nouveau-né est un garçon baptisé Hadirondak. Véronique est arrivée trop tard pour la naissance. Elle est sage-femme et regrette beaucoup. C’est dommage. Une autre fois …

Les spectatrices et leurs enfants sont placés loin du passage des vaches qui sortent après 4 mois restées à l’attache. Elles arrivent à la course. Choupinette est aux premières loges!
Dès qu’elles arrivent dans le pré, les vaches se sentent et se mesurent du regard. Chabal, le taureau, s’approche d’un air intéressé.
Perle, Egypt et Skye attendent maintenant la sortie des veaux. Il faut le temps aux mères de se retrouver avant de leur amener leur petit.
Ils sont trop jeunes pour faire le trajet en marchant et de toute façon, ils sont 13, cela prendrait trop de temps et d’énergie. Quand on a la 40aine, on apprend à se ménager 😉
Tout le monde est chargé. En route vers le pré.
Ils ont très peur. Ils n’ont jamais vu leur mère autrement qu’attachée et de dos. Elles sont maintenant agglutinées près de la remorque pour s’accaparer leur veau respectif. Panique pour les petits qui ne veulent pas descendre et qu’il faut pousser.
En voilà un qui n’a pas perdu de temps. C’est Happy, le petit préféré d’Egypt.C’est Roland qui s’est approché pour prendre la photo. Bravo.Les salissures de la vache sont celles de l’hiver. Elle retrouvera très bientôt un beau poil propre et lisse.
Vous le savez, à la campagne, après l’effort, le réconfort. Nous voilà tous autour de la table sur la terrasse. Nous ne sommes qu’en mars, mais il fait si beau et chaud que tout le monde est ravi.
Nous approchons de Pâques. Les enfants et même les grands se régalent d’œufs en chocolat …
… Petit Jean a du mal à déplier le sien. Il est très concentré.Près de lui, sa grande soeur Juliette et leur maman, Sandrine.
Ah, mais le travail n’est pas fini. Peter et Compagnie attendent leur pain avec impatience. Pas de problème, c’est une joie pour les enfants.
Évidemment, de l’autre côté, Elsa la cochonne et Totoche en veulent aussi. C’est du travail la ferme 😉
Même Ginger est là. Elle attend des caresses pour le plus grand bonheur de Jean à qui elle a beaucoup plu!
Deux jours plus tard, une fois l’excitation de la mise à l’herbe passée, les vaches sont plus calmes dans le pré.
Le beau temps persiste. Nous décidons de sortir les génisses. Les veaux de l’année dernière qui sont encore trop jeunes pour être dans le troupeau avec le taureau.
Voilà Friandise, une génisse encore un peu jeune de l’année dernière. Elle est la première dans la gabion.
Quand elles sont engagées vers la remorque, il faut faire vite pour éviter qu’elles aient envie de faire demi-tour.
C’est parti pour une balade. Le pré est situé à 1 km environ, mais nous changeons de département. De la Dordogne, nous passons en Lot-et-Garonne.
C’est la joie. Enfin de la verdure.
Comme chaque année, elles font le tour du pré à la course pour en connaître les limites. De ce côté-ci, c’est la rivière Dropt qui fait office de clôture.
Friandise en tête. Elle connaît l’endroit depuis l’année dernière. Elle sera chef, sans aucun doute.
Enfin voilà le moment de manger. Après 4 mois de fourrage sec, la verdure est grandement appréciée.

Voilà une activité que peuvent découvrir les touristes lorsqu’ils viennent dans les gîtes de Lauzanac. La mise à l’herbe a souvent lieue au moment des vacances de Pâques.

Le prochain article sera sur des améliorations apportées aux gîtes. Thierry est en train de refaire le support de la terrasse du gîte des Chênes et nous devons changer les deux liners des piscines dans le courant du mois de mai. Vous aurez l’occasion de voir ces opérations en images. A bientôt.