Les activités du moment

Brouillard épais ce matin mais temps toujours sec et inhabituellement chaud. Les vaches ne sont pas encore à l’étable pour l’hiver. Thierry les nourrit tous les jours. Elles ne souffrent pas. On commence à voir leur pis se modifier, signe que les premières naissances arriveront dès janvier.

Signe aussi du changement climatique, ces vols de hérons garde-bœufs qui vivent au milieu du troupeau et boivent dans les bassins d’eau. Les bassins sont d’ailleurs blancs de leur déjections chaque jour. Nous sommes inquiets des conséquences que cela peut avoir sur les vaches qui viennent s’abreuver. Le vétérinaire a l’air de penser qu’elles pourraient être porteuses de maladie. Ne pas avancer sans savoir. Attendre et voir.

 
Cohabitation parfaite entre bovins et échassiers. Les hérons garde-bœufs suivent le troupeau car les vaches soulèvent des insectes sur leur passage.

Il faudra bien que le temps se dégrade. C’est pourquoi la grange est prête à accueillir les vaches pour l’hiver. Il a fallu changer quelques chaines, faire un peu de ciment pour rattraper le sol, souder certains des cornadis. Il y a 45 places et un parc à veaux. C’est une stabulation entravée, les animaux sont attachés. C’est plus de travail qu’une stabulation libre mais cela rend les vaches dociles. Elles sont habituées à être approchées et manipulées.

Malgré la sècheresse, nous avons réussi à semer le triticale, cette céréale dont nous gardons une partie pour faire de la farine destinée aux animaux. C’est en allant mettre l’anti-limace dans les pièces récemment semées que Thierry est tombé sur un beau spécimen de pierre taillée. Un biface sorti d’un silex de couleur noire et datant de la préhistoire. Celui-là a dû rencontrer Cro-magnon. Nous le gardons précieusement pour vous le faire admirer. Vous en retrouverez de beaux spécimens et toutes les explications au Musée de la Préhistoire des Eyzies de Tayac. Rappelez-vous que la Dordogne est le pays de l’Homme.

Le triticale pointe le bout de son nez malgré des terres très sèches.
La belle trouvaille dans ce champ au bord du Dropt.

Et puis, nous sommes aux portes de l’hiver … en principe! Nous avons ramené la jument Vanilli de ses prés des Agapanthes pour la saison froide. Elle a rejoint les équidés de Lauzanac et surtout son amie Téquila. Un peu d’effervescence et de ruades à l’arrivée. Les clans se sont formés par affinité. C’est tout naturel, nous agissons de même.

Vanilli vient de descendre du van sous l’œil intéressé de Téquila.
Formation des clans, les ânes d’un côté, les chevaux de l’autre!
L’arrivée d’une petite nouvelle provoque une joyeuse débandade.

Dans l’autre parc, côté chèvres et moutons, le râtelier vient de recevoir un toit pour que le foin soit à l’abri de la pluie. Nous sommes sûrs qu’Elsa la cochonne profitera de ce nouvel abri pour s’en faire un coin de sieste!

Puisque les sols sont maintenant travaillés et les semis faits, nous avons le temps de faire du recyclage. Thierry est récupérateur de métaux. Il est appelé pour débarrasser des fermes de l’ancien matériel agricole inutilisé ou des entreprises pour évacuer leurs déchets ferreux. Tout cela est livré directement dans une usine qui cisaille puis expédié en Espagne, en Chine ou en Inde pour être refondu. Nous ne gardons sur place que les pièces pouvant être à nouveau utilisées ou celles qui pourraient intéresser les collectionneurs voire les musées.

La ferme de Lauzanac, pour vous accueillir sur la commune d’Eymet en Dordogne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *